Home video Musique Clips Labdi & Dilab Orchestra – Faithless

Labdi & Dilab Orchestra – Faithless

504
43
Votez pour ce replay

Faithless, c’est l’histoire d’une jeune femme infidèle qui se croit forte et à l’abri de tout soupçon. Pouvoir tromper son mari et jouir de l’insouciance sans blesser, sans qu’il ne s’en rende compte. Une histoire suivie, épiée et photographiée par un illustre inconnu qui mettra la trahison à jour, et qui la mènera à sa fin.

Faithless, c’est l’histoire d’une infidélité.
La musique joue un rôle primaire pour moi dans le cinéma.
À la première écoute du projet Labdi & Dilab Orchestra, j’ai tout de suite été attiré par les sonorités trip-hop de l’album ; les essences et les mélodies qui le composent m’ont embarqué d’office dans mon imaginaire cinématographique. Le morceau « faithless » a tout de suite emballé ma créativité et mon envie d’écrire, de composer. Cette rencontre avec une auteure-interprète a apporté à mes réalisations un tournant majeur. Elle m’a permis de concrétiser une histoire scénarisée et clippée. Les premiers échanges, artistiques puis humains, ont permis d’aboutir à une collaboration aussi forte que le message délivré par Samia.
Faithless, c’est l’histoire d’une confiance donnée, puis brisée.
Une situation vécue, qui m’a touché, et qui à force d’échanges a permis d’écrire les grandes lignes d’un scénario axé autour d’une erreur de parcours. Sur ce fond dramatique, d’un couple déchiré et trompé, ma passion pour les films policiers comme ceux de Jean-Pierre Melville, m’ont donné l’envie d’y plaquer une ambiance chorale, à la manière de Robert Altman. Une tonalité noire où l’héroïne principale sombre, entraînant avec elle ceux qu’elle aime.

Ce récit nous parle de tromperies mais pas que.
Cette fiction nous touche également au travers des différents acteurs de cette histoire, et de leur implication malgré eux. Victimisés, ils subissent une routine quotidienne où chacun vit son rôle, ses tromperies ou la morale du bien-pensant. Une affaire suivie, photographiée et révélée aux yeux d’un mari qui ne restera pas sans rien faire, le piège se referme.
Pour coller à cette atmosphère tendue, le noir et blanc s’est imposé de suite pour insuffler un esprit « polar à l’ancienne ». J’ai souhaité développer une mise en scène propre à chaque séquence et à chaque personnage. Des plans serrés et des caméras épaule sur le détective privé, à la manière de la série The Shield me permettent d’accentuer le côté brut. A l’inverse, de larges plans d’ensemble ou en mouvement de travelling, mettent en exergue, l’aspect voyeur ou suiveur malgré lui du spectateur. J’ai choisi de le placer sans son consentement, au cœur de l’action par un montage qui s’emballe, tout comme l’histoire, les personnages et la caméra.

Au delà de cette première réalisation professionnelle commune, c’est aussi la naissance d’une grande amitié. Une histoire qui a permis à chaque participant de ce tournage, d’avancer en se reconnaissant d’une manière ou d’une autre au travers de cette intrigue. Une aventure humaine avant tout.

Labdi & Dilab Orchestra ?
On avait laissé Labdi et ses parfums électro-orientaux dans des faubourgs d’une trip-hop délicate et aérienne. On retrouve Labdi & dilab Orchestra au milieu d’une nuit chaude et sensuelle, indépendante et inspirée, à la fois lounge et ciselée.
Métissée, multiple, insaisissable, la musique de Labdi se nourrit et s’enrichit de ses diversités sans jamais perdre le fil organique et mouvant d’un propos musical libre et cultivé. Indomptable, inclassable, Labdi sort des formats et ouvre sa musique à toutes ses influences, à toutes ses envies.
Chant en anglais et français, voix fines parfois diaphanes, parfois graves, une Gilda électro-pop , un oiseau fin de nuit petit matin dénudé… C’est épuré, essentiel, concentré…

Travaillé live en solo accompagnée de vjing crées par l’artiste Pauline Garcia Sancho , Labdi&dilab Orchestra se transforme sur scène en un show fiévreux incandescent, désinhibé et redoutablement efficace.

Cliquez-ici pour suivre l’actu de Labdi & Dilab Orchestra www.facebook.com/dilaborchestra

Jéremy Trellu ?

Originaire d’Orléans et passionné de cinéma depuis son enfance, Jérémy Trellu tourne en 2011 son premier court-métrage (A Froid – Policier 10mn’). Il créé pour l’occasion une association de production audiovisuelle (Nunprod), et travaille sur Paris pendant quatre ans comme Régisseur Général, Premier Assistant Réalisateur et Producteur de court-métrages (dont « Je t’aime pas plus que moi » – Prix du public et du jury – Soirée des réalisateurs Paris 2015).

Souhaitant revenir à l’écriture et la réalisation après de nombreux tournages professionnels, Jérémy Trellu s’installe sur Bordeaux en 2015 et créé de nombreux clips vidéos pour des artistes et festivals, locaux, nationaux et internationaux (Festival Relache Bordeaux, DeRobert & The Half truths, Demi-Portion, Alam, Alex Garcia, DIY Sound, Moonlander, Travelerz, Mawyd, Labdi & Dilab Orchestra…). Toujours par le biais de NunProd, il signe également cinq publicités diffusées dans dix cinémas régionaux, et développe en 2018 le scénario de son premier long-métrage pour le cinéma, Bête noire – Policier/Thriller.

Cliquez-ici pour en savoir + www.jeremytrellu.jimdo.com

(504)

Comment(43)

  1. Un vrai clip.. Une véritable histoire.. Du sens.. Un casting et un scénario extra pour un texte et une musique encore et toujours à couper le souffle ! Une illustration parfaite ! J’adore !!

  2. Une histoire qui touche malheureusement beaucoup de monde mais parfaitement illustrée dans ce clip. Le son nous emmène dans l’intrigue et c’est un match absolument parfait. Félicitations !

UN COMMENTAIRE ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X