Home video Se divertir Focus Bassins à flots, Bacalan – Mémoire d’un quartier

Bassins à flots, Bacalan – Mémoire d’un quartier

465
0

Bassins à flots, Bacalan – Mémoire d’un quartier, c’est la réalisation spontanée et passionnante de Quentin Bonnet, un étudiant en architecture, sur un quartier de Bordeaux chargé d’histoire. Un film envoutant qui nous plonge au coeur de ces quartiers à force de restitution d’ambiances et de bandes sons d’époque.


Bonjour Quentin, pourquoi as-tu réalisé ce film sur le quartier des Bassins à Flots ?

Au début je ne pensais pas du tout réaliser cette vidéo, tout s’est fait très spontanément.

Je suis allé me balader aux bassins à flots un dimanche par curiosité pour ce grand projet bordelais d’abord en tant que natif de bordeaux et en tant qu’étudiant en architecture.
En effet le bordelais que je suis se préoccupait de voir quelle mine avait ce projet et l’étudiant en architecture avait pu voir l’évolution de se quartier depuis mes premiers travaux sociologiques sur ce même site dès ma première année en 2012.
C’est dans cette état d’esprit que j’effectue donc une balade sur le site.

Très vite j’ai été pris d’un sentiment très curieux. Le vent tourbillonnait dans les rues désertes, les tôles claquait par terre, les bâches frottaient les grilles de chantier. Tout raisonnait comme un orchestre donnant au lieu une certaine nostalgie.
Je ne savais pas encore que j’allais réalisé quelconque court métrage et encore moins le file conducteur de cette vidéo. Seulement que je voulais saisir l’instant, mon ressenti, et une mémoire.
Puis en marchant m’est venu l’idée de me mettre en scène cheminant dans ces lieux. Le scénario s’improvisant petit à petit de la première vidéo au générique du film. Cette marche était aussi pour moi un moment de réflexion sur ce quartier en changement et j’imaginais ce quartier et son passer en m’interrogeant sur l’avenir de ce dernier avec un regard très neutre mais interrogatif. Qu’est ce qu’on doit penser de ces villes qui se construisent à grande vitesse sans laisser l’histoire s’écrire ? Est-ce une bonne chose pour la ville de Bordeaux dont le charme réside dans sa pierre mais aussi dans la proportion d’habitants ? La compétitivité économiques des villes est elle obligé de donner lieux à ce type de projet d’une telle ampleur ? Toutes ses question se bousculent dans ma tête en pensant au passé de ce même endroit. Passé portuaire, vivant, bruyant, d’activité tertiaire. Ne peut on pas mixer une activité portuaire et citadine dans une ville, me questionnait encore. Bref autant de pensés que m’a double casquette de natif et étudiant en architecture dans cette ville bordelaise.

En rentrant chez moi je re-visualise donc les vidéos en tentant de les monter et trouver un sens dans lequel le faire. Après des recherches approfondies sur ce qu’était le quartier avant, je suis tombé sur ces interviews des habitant « pionniers » dirons nous et d’images de l’ina. Et le parallèle, la mise en contraste me paraissait parfait pour illustrer les questionnements qui me trottaient dans la tête.

Ainsi la vidéo s’articule en deux parties, la première plus narrative, descriptive et la seconde où « tout est fini » comme le dit la voix. Où c’est la fin d’un cycle, triste à fortiori mais le début d’un autre, comment sera-t-il ? Quelles sont les enseignements qu’on en tirera ? Quelle histoire de quartier se créera ? Seul l’avenir nous le dira …

(465)

UN COMMENTAIRE ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X